mardi 1 juillet 2014

Restons cachés

Il est difficile en ce moment de photographier les cervidés avec la végétation luxuriante, ce soir alors que la plus grande partie de la  clairière est sur ma gauche, une chevrette apparaît  sur ma droite entre les graminées et les fougères,  et s'enfonce rapidement  dans la végétation, elle sera suivi à peine dix minutes plus tard par une biche solitaire.


 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire